C'est SMAAART / Protégeons notre PLAAANETE

L’enquête de l’ARCEP pour un numérique soutenable

L’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques) a lancé la semaine dernière la première édition de son enquête annuelle « Pour un numérique soutenable ». En effet, l’impact environnemental numérique a de plus en plus de conséquences sur notre planète et notre environnement. Cette pollution semble « invisible » pourtant elle est belle et bien présente. Avec un usage du numérique qui ne cesse de croître, les émissions directes de GES des opérateurs ont diminué, mais les émissions indirectes liées à l’augmentation des usages ont été multipliées par 3 selon entre 2017 et 2020 selon l’enquête de l’ARCEP.

SMAAART porte au cœur des ses valeurs la protection de l’environnement. Cette nouvelle enquête sur le numérique soutenable est alors un moyen de montrer qu’une fois de plus, il est temps d’agir, et qu’il est temps de changer ses habitudes de consommation concernant le numérique.

Regardons de plus l’enquête de l’ARCEP pour un numérique soutenable.

L’enquête de l’ARCEP : explications

Cette enquête se compose avec 3 indicateurs : un indicateur sur les émissions de GES causée par le numérique, l’énergie consommée, et enfin sur la vente, le recyclage et le reconditionnement des téléphones mobiles.

1er indicateur : les émissions de GES

Les émissions directes de GES semblent avoir baissé et passent de 378 000 tonnes en 2019 contre 362 000 tonnes en 2020. Pourtant, il ne faut pas se méprendre, ces chiffres sont faussés par le confinement, l’amélioration énergétique des bâtiments ou encore l’optimisation des flottes de véhicules. Il faut donc prendre en compte les émissions indirectes de GES qui représentent 2/3 des émissions totales. Ces émissions indirectes, elles, ne cessent d’augmenter d’année en année. En 2017, 196 000 tonnes de CO2 étaient émises sur l’année contre 233 000 tonnes en 2020. Toutes ces émissions sont causées par la consommation des réseaux fixes, mobiles, des datacenters, des locaux commerciaux…etc.

Les chiffres n’annoncent alors rien de bon, et il faut agir pour améliorer ces chiffres.

2ème indicateur : l’énergie consommée

En France, les réseaux fixes et mobiles représentent moins de 1% de la consommation totale électrique. Pourtant, leur énergie consommée augmente en moyenne de 5% chaque année et pourrait doubler d’ici 2035 si nos habitudes de consommation ne changent pas.

Cet indicateur nous montre aussi quels sont les réseaux qui consomment le plus ou le moins. La fibre optique est le réseau le moins gourmand en énergie. Par exemple, elle consomme 4 fois moins de KWh qu’un abonné au cuivre. L’enquête démontre aussi que les réseaux mobiles consomment 2 fois plus d’énergie que les réseaux fixes.

3ème indicateur : les téléphones mobiles : vente, collecte, recyclage, reconditionnement

Enfin, le dernier indicateur de l’enquête sur le numérique soutenable est en rapport avec les équipements électroniques et notamment les smartphones. Il révèle que 79% de l’impact environnemental dû au numérique est causé par les terminaux soit : les télévisions (24%), les ordinateurs portables (14%) et pour finir les téléphones mobiles (13%). Et 80% de leur empreinte carbone est liée à leur fabrication. En 2020, en France, ce sont 21,4 millions de smartphones qui sont vendus mais parmi ces smartphones vendus seul 13% sont reconditionnés. 8,1 millions de smartphones ont été vendus par des opérateurs, dont seuls 2% étaient des téléphones reconditionnés. Enfin, sur les 13,3 millions de smartphones restant vendus par différents distributeurs, 19% étaient des téléphones reconditionnés.*

Pourtant, les smartphones reconditionnés permettent une économie d’énergie considérable. Réemployer le smartphone permet de réduire efficacement notre impact environnemental. Par exemple, pour un téléphone SMAAART reconditionné en France : c’est 83kg de CO2 économisés, 259kg de matières premières préservés et 80m3 d’eau épargnés.

Enfin, 53% des téléphones inutilisés « dorment dans les placards » des utilisateurs. Ces téléphones pourraient être reconditionnés ou le cas échéant recyclés. Chez SMAAART, n’hésitez pas à nous contacter pour faire estimer, revendre ou recycler votre smartphone.

*source : enquête de l’ARCEP pour un numérique soutenable

Les gestes du quotidien qui réduisent notre impact environnemental numérique

Bonne nouvelle : nous pouvons réduire notre impact environnemental numérique avec des petits gestes. Accumulés les uns avec les autres, ils auront un grand impact.

Tout d’abord, pensez à protéger votre smartphone : écran et coque de protection pour les faire durer dans le temps. Evitez aussi d’exposer votre smartphone à de trop fortes températures (chaudes ou froides), cela évitera d’abîmer la batterie. Lorsque vous êtes dans des endroits comme une rivière,  la plage, la piscine, randonnée ou autre, pensez à utiliser une pochette plastique réutilisable dans laquelle vous pourrez y mettre votre téléphone. Cela évitera certains accidents, comme l’oxydation par exemple, qui pourrait tuer le téléphone.

D’autres gestes beaucoup plus communs : il ne faut pas utiliser son smartphone pendant qu’il recharge, la batterie pourrait être endommagée par cet usage. Toujours pour protéger la batterie, privilégiez les petites recharges plutôt qu’une seule et grande recharge de votre smartphone. En faisant cela, vous abîmez l’autonomie de la batterie.

La consommation d’énergie

Pour la consommation d’énergie, préférez vous connecter au réseau Wi-Fi lorsque c’est possible. La 4G/5G est beaucoup plus énergivore. Pensez aussi à supprimer toutes les applications que vous n’utilisez pas qui consomment énormément. Veillez aussi à identifier vos besoins en terme de smartphones : ai-je besoin d’un grand écran ? Ai-je réellement besoin d’un smartphone super-puissant ? Ai-je aussi besoin d’un appareil photo de très haute qualité ? Ceci permet de se questionner sur nos réels besoins et de choisir donc un smartphone qui aura une consommation limitée en énergie.

Enfin, acheter un smartphone reconditionné en France permet de réduire drastiquement sont impact environnemental numérique. Comme énoncé précédemment ,un smartphone reconditionné SMAAART, en comparaison avec un smartphone neuf, permet de réaliser une économie considérable sur les émissions de CO2, l’extraction de matières premières et la consommation d’eau. 

Comme a dit Marshall McLuhan : « Il n’y a pas de passagers sur le vaisseau Terre. Nous sommes tous des membres de l’équipage ». Nous devons donc tous agir, nous devons plus être spectateur, passager, pour qu’un changement s’opère.

Jacqueline Pistoulet